Main menu
flying-rv7.comSur l’anticorrosion

Sur l’anticorrosion

Et oui, l’aluminium s’oxyde et il finit en lambeaux, comme les 2CV mais au bout de bien plus longtemps… Vans Aircraft ne donne aucune recommandation précise sur ce point mais tous les constructeurs amateurs d’avions appliquent un traitement anticorrosion sur la tôle en alu (même de l’alu T3). C’est donc de la responsabilité du constructeur de choisir tout en ayant conscience de ne pas construire un sous-marin !! VANS traite ses kits d’ailes et fuselages proposés assemblés et tous les constructeurs d’avions en alu traitent leurs tôles. Il existe plusieurs types de traitements anticorrosion pour l’aluminium :
  • Appliquer un primaire
Différents types de primaires aéronautiques :
  • A l’eau,
  • Epoxy bi-composants, avec ou sans chromate,
  • Epoxy mono composant.
Peu importe le choix, il faut que la couche de primaire appliquée tienne aux changements de températures, aux vibrations, aux UV et aux différentes agressions que peut subir l’avion (graisse, carburants, chocs, …), il existe des normes militaires et civils traitant de ces exigences.  
  • L’oxydation anodique chromique
Ayant contacté plusieurs sociétés, cela reste un traitement possible, élégant mais cher (compter 4000€ pour l’avion entier) et difficile à réaliser en terme d’organisation.   => Après de nombreuses hésitations et prises d’avis divers et variés, j’ai décidé d’utiliser le primaire 90 Vert réf.E4120 de chez Diatex, une société française du Sud de Lyon. Primaire utilisé par Airbus & British Aerospace, 100% époxy bi-composant, pigmenté au chromate de strontium. Appliqué au pistolet à peinture pneumatique (buse 1,5, pression inf. 5 bars) après avoir :
  • Passé au MEK les pièces pour dégraissage,
  • Déroché au tampon scochbrite marron la surface pour créer l’accroche,
  • Passé une couche d’alodine.
 
Facebook